Rester bloqué à la frontière Pérou-Bolivie | Check !

Passage de la frontière Pérou-Bolivie

J’écris ce post encore à chaud, pour être sûre de n’oublier aucun détail afin que notre expérience puisse être utile à d’autres. C’est à la frontière Pérou-Bolivie, entre Puno (Pérou) et Copacabana (Bolivie), que nous avons eu un petit souci. Je vous raconte ça.

Les papiers obligatoire pour passer la frontière Pérou-Bolivie

Papiers nécessaires pour passer la frontière Pérou-BolivieC’est arrivé au terminal terrestre (terminal de bus) de Puno au Pérou que tout commence. Avant même de monter dans le bus, le chauffeur nous demande (comme d’habitude) nos passeports. Mais cette fois-ci vu que l’on passe une frontière. Il faut donc remplir deux-trois papiers.

Il y a le formulaire de déclaration, qui sert à déclarer des objets de valeur ou une somme importante de liquide (vous savez c’est celui qui sert à dire « rien à déclarer »). Et le formulaire d’immigration, qui lui sert à prévenir les autorités de votre arrivée dans le pays. Ce dernier est d’ailleurs à conserver durant tout votre séjour. Il doit être présenté aussi à la sortie du pays (sous peine d’amende).

Le passage plus ou moins obligatoire au bureau de change

C’est là que le cirque commence. Après avoir ramassé le second exemplaire du formulaire de déclaration, cinq minutes avant la frontière Pérou-Bolivie, le chauffeur nous invite à descendre du bus. En effet, nous avons stoppé devant un bureau de change pour récupérer des Bolivianos (monnaie bolivienne). Il nous dit qu’il faut payer une taxe à Copacabana de 2 Bolivianos, c’est pour cela qu’il faut changer nos derniers Nuevo Soles (monnaie péruvienne).

Mouais… Nous ne sommes pas vraiment convaincus… La dame de l’hôtel à Puno nous a bien dit qu’il n’y avait aucune taxe à payer et notre guide du routard dit la même chose. Ça sent l’entourloupe ! Mais on ne veut pas de soucis, pour 2 Bolivianos (soit 26 centimes d’euros), on ne va pas chipoter… On change nos derniers soles (10 NS) et on reprend le bus.

L’arrivée à la frontière Pérou-Bolivie

Passage de la frontière Pérou-Bolivie à pied
Là, c’est pareil tout le monde doit descendre du bus. La frontière se passe à pied.

Le passage au bureau d’immigration du Pérou

Puis, le bus stoppe juste en face du bureau d’immigration. Nous passons les uns après les autres au guichet pour donner le formulaire d’immigration du Pérou (reçu au début du séjour) et faire tamponner notre passeport pour valider notre droit de sortie du territoire. Keuvin passe sans soucis, mais quand le tour de Ninon arrive ce n’est plus aussi simple. Le monsieur de l’accueil dit qu’elle a dépassé la durée autorisée.

Nous sommes arrivés en même temps et nous n’avons pas le droit de passer le même nombre de jours dans le pays ??? Étrange…

En effet, sur le tampon de Ninon, il y a marqué 30 et sur celui de Keuvin 60. Il nous explique qu’il faut s’acquitter d’une taxe de 24$ pour sortir du pays, soit 1$ par jour supplémentaire passé dans le pays.

Pourquoi faire simple, quand on peut faire compliqué ?

Le souci là-dedans, ce n’est pas la somme à payer, c’est surtout la manière de la payer qui complique la chose. En effet, on ne peut pas payer ici. Il faut repartir dans le village le plus proche et payer à la banque en échange d’un bon.

Mais on n’est pas tout seul, il y a tout un bus avec nous, il faut donc prévenir le chauffeur que ça sera plus long que prévu. Il nous fait rapidement comprendre que lui doit aller à La Paz. Il ne peut donc pas attendre. La ville de Copacabana n’est qu’à 5 minutes d’ici, il faudra qu’on se débrouille pour arriver jusque-là. Que dire de plus… Ol nous rend nos sacs et repart.

Direction la banque pour payer la taxe

Nous prenons donc un moto-taxi pour aller payer la taxe. La course coûte 10 NS l’aller-retour, il faudra donc que l’on retire des Soles pour le payer car nous n’avons plus rien. Malheureusement, nous avons changé tout ce qui nous restait au bureau de change (mises à part les petites pièces). Arrivés à la banque, Ninon fait la queue pendant 10 minutes, le conseiller n’accepte pas le paiement par carte. Il faut donc retirer la somme en Soles au distributeur.

D’un sens, ça nous évitera de retirer juste pour le moto-taxi !

Une fois la somme (24$ soit 77 NS) en poche, Ninon retourne au guichet pour payer. C’est bon, on a le petit papier confirmant qu’on a payé la taxe, on peut repartir à la frontière !

Retour à la frontière Pérou-Bolivie

De retour à la frontière, il faut payer le moto-taxi… Il n’a pas de monnaie et nous n’avons que 20 NS pour payer 10. Pas de soucis, on va acheter une bouteille d’eau à côté pour faire de la monnaie… C’est plus simple à dire qu’à faire, en voulant payer la boutique refuse notre billet car il est trop abîmé. Ils ont peur que ce soit un faux… Mais pourtant, il vient de la banque. Pas le choix (et surtout un peu blasés), nous laissons les 20 NS au moto-taxi et repartons au bureau d’immigration.

On se croirait dans « Les 12 travaux d’Astérix » quand les deux compères doivent obtenir le formulaire A38… C’est le même bazar !

C’est bon, on a le papier qui confirme qu’on a payé la taxe… Eheh, mais ce n’est pas fini, maintenant  il faut faire des photocopies de tous les papiers… Nous ressortons donc pour faire ces satanées photocopies. On fait nos poches, en quête de quelques Soles pour les payer. Heureusement le bureau de change de tout à l’heure ne prenait pas les petites pièces. Ouf, nous avons assez pour payer les photocopies ! Enfin nous avons un peu de chance !

La libération !

Les visas sur les passeports
C’est donc après 1h30 à courir après les sous, les tampons et les photocopies que nous arrivons enfin à regrouper tous les papiers. On va enfin pouvoir passer la frontière Pérou-Bolivie ! Ouf ! On retourne donc à l’immigration du Pérou, Ninon reçoit donc son tampon, c’est bon on peut enfin sortir du pays ! Ce n’est pas trop tôt ! Un petit tampon au bureau d’immigration de Bolivie situé un peu plus loin et nous pouvons enfin partir. Soulagement !

Un petit conseil pour les voyageurs !

Si comme nous, votre date de retour n’est pas fixée, je vous conseille de noter la durée maximale autorisée sur le formulaire d’immigration. En effet, en y repensant Ninon pense avoir noté 30 jours sur le formulaire et Keuvin aurait noté 60 jours… C’est ce qui a été reporté sur le tampon et qui nous a donc causé tant soucis ! Pour finir, seul point positif (si on peut dire), c’est que Ninon a un tampon de plus que Keuvin. Celui de l’immigration comme quoi, elle est restée plus longtemps que la période autorisée ;).

4 réflexions au sujet de « Rester bloqué à la frontière Pérou-Bolivie »
  1. Le , Cédric a dit :

    Salut vous deux.
    Un bon coup de stress j’imagine? Et la référence aux 12 travaux d’Asterix est plutôt bien trouvée… 😉
    Bon au moins vous êtes passés c’est le plus important.
    Cédric Articles récents…Siem Reap Phnom Penh en bateau

    1. Le , Ninon & Keuvin | Backpackadeux 1 a dit :

      Salut Cédric !
      Un petit coup de stress, peut être… Après, c’est toujours la même chose si tu payes, tout se passe bien ! 😉
      En tout cas merci et à bientôt !

  2. Le , Delphine a dit :

    Eh bien, que de péripéties …. ça pimente votre voyage et vous laissera des souvenirs mais j’imagine sur le coup que vous deviez être un peu énervés…
    Bonne continuation…

    1. Le , Ninon & Keuvin | Backpackadeux 1 a dit :

      Énervés… non, j’irais pas jusque là mais blasés, ça c’est sûr !
      Merci et bonne continuation à toi aussi !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge